Introduction

Publié le par Arbok

          Il existe dans le monde plus de 2600 espèces de serpents dont seules 10% sont venimeuses, c’est-à-dire qu’elles sont dangereuses pour l’homme et une cinquantaine potentiellement mortelles. On dénombre au moins 421 000 envenimations et 20 000 morts par morsures de serpents chaque année. Le terme « venimeux » ne s’applique qu’aux serpents dont le venin est un poison représentant une arme d’attaque ou de défense. Son venin sert effectivement à immobiliser rapidement la proie et à commencer sa digestion. La rapidité et l’intensité de ces fonctions sont d’autant plus importantes que les serpents, dépourvus de membres, sont incapables de contention ou de découpage. Le venin de chaque espèce présente une
composition biochimique propre qui s’exprime par son action pharmacologique et ses propriétés antigéniques
. Il est synthétisé par des glandes salivaires et déversé par des crochets buccaux. Il est introduit par sécrétion, dans le sang d’un autre animal ou d’un homme par une morsure ou une piqûre, et amène de graves désordres et même la mort.

http://educ.csmv.qc.ca/MgrParent/vieanimale/rep/Ceraste/Photo/Cerate-Photo/tteceraste.jpg









 

          Nous nous posons la question de savoir en quoi ces venins sont nocifs pour l'homme, comment peut-on guérir d'une morsure de serpent venimeux et comment utiliser ces venins de manière thérapeutiques. Pour ce faire, nous allons définir dans un premier temps les caractéristiques du venin de serpent et ses effets sur l'être humain puis dans un deuxième temps, les traitements répondant à l'envenimation et les moyens d'utiliser ces venins dans nos médicaments.







Définitions :
contention : immobilisation
antigénique : qui provoque la formation d'anticorps




Sources

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article